Des visages sans noms

Des visages sans noms

Au coeur des villes, à la lumière du soir, des formes se dessinent : un univers fantasmatique où l’oeil voyeur ère entre les courbes jamais très claires de ces corps qui parfois se mélangent aux formes du monde extérieur.
On ne sait plus très bien où s’arrêtent les unes et où commencent les autres : L’histoire se brouille.

Dans l’ombre ou à la lumière, on aperçoit une silhouette qui se meut et se noie dans le noir. (..)
A moins que se sentant observée, elle manipule volontairement l’imaginaire de tous ceux qui regardent à travers ses vitres.

Que se passe-t-il, que fait-elle ? Toutes les réponses sont possibles :

Le corps devient langage, l’histoire commence

Terminé.

Photographies & Textes & Video

Série qui sera en projection au Festival Européen de la Photo de Nu de Arles